Pierre, c’était mon grand père paternel et il était forgeron

Lorsque je suis revenue dans mon village natal, aux anciens qui ne me reconnaissaient pas, il me suffisait de leur dire « soun la pichouno  fillo del faoure » et là tout s’éclairait pour eux

Pierre, le grand père, était donc forgeron, maréchal ferrant, mais aussi agriculteur, dépositaire d’un local d’engrais pour la CAL de Castelnaudary (Coopérative Agricole du Lauragais, aujourd’hui Arterris), cultivant ses vignes et fabricant le vin pour sa consommation personnelle, producteur d’asperges….

Une belle stature, d’imposantes moustaches qui lui donnaient un air sévère adouci par des yeux magnanimes

 

St Martin Lalande - Pierre, le dernier forgeron ? oui mais....

C’est lui qui ferrât la dernière paire de bœufs du village ainsi que le dernier cheval de trait

Le joug pour le maintien des bœufs était adossé à la forge, sur la place haute du village, non loin de l’habitation

Les chevaux, eux, étaient attachés au x platanes en face la forge,  mitoyenne à l’église

 

 

St Martin Lalande - Pierre, le dernier forgeron ? oui mais....
St Martin Lalande - Pierre, le dernier forgeron ? oui mais....
St Martin Lalande - Pierre, le dernier forgeron ? oui mais....
St Martin Lalande - Pierre, le dernier forgeron ? oui mais....

Pierre, c’était le personnage bruyant du village, le sonneur, sa journée débutait par l’ouverture des portes de l’église, la clé imposante était toujours sur la table dans l’entrée de la maison , il participait au réveil des paroissiens en sonnant les cloches, il continuait son chahut en faisant sonner son enclume, fin de journée, il sonnait l’angélus et la boucle était bouclée. Aujourd’hui, que les gens ne supportent ni coq, ni cloches, cela ferait un sacré raffut

 

St Martin Lalande - Pierre, le dernier forgeron ? oui mais....

J’allais le voir dans la forge, je m’amusais des fers à chevaux et de leurs clous, je regardais le grand père actionner son énorme soufflet, apporter le fer à incandescence et le forger sur son enclume : un coup sur le fer, 2 coups qui reballaient sur l’enclume : pam, pampam, pam, pampam. Quand il lui arrivait de souder il me disait, pitchoune retourne toi il ne faut pas regarder lorsqu’on soude

Cette forge, vendue par ma tante est devenue aujourd’hui maison d’habitation

en voilà une  idée, on aurait du faire une fresque sur la façade pour nous rappeler la forge

 

 

 

Mon père travailla un temps avec lui, puis l’entreprise ne permettant pas de faire vivre 2 familles, s’éloigna pour développer dans un premier temps une activité de ferronnerie d’art

Il m’en reste quelques créations

 

Aujourd’hui, dans le village, le fils Sabatte a offert son temps et son savoir faire à l’association Passerelles, sa création : la bibliothèque des livres libres se trouve dans le jardin d’enfant, d’où je puise mes lectures

St Martin Lalande - Pierre, le dernier forgeron ? oui mais....
St Martin Lalande - Pierre, le dernier forgeron ? oui mais....

Le fils Sabatte a de qui tenir puisque son père Jean Claude, est un artiste averti, voyez plutôt

Son atelier est à quelques kilomètres, à Castelnaudary, face au grand bassin du Canal du Midi

allez donc faire un tour à quelques kilomètre, dans l'Ariege, aux forges de Pyrène vous y verrez le forgeron au travail

Retour à l'accueil