il était au centre du village un petit poumon vert ou la vierge et la croix se reposaient

en écoutant les causeries sur la place

rythmées par le passage des diligences

St Martin Lalande - Hommage aux absents
St Martin Lalande - Hommage aux absents
St Martin Lalande - Hommage aux absents

Monsieur Progrès passant par là, voici les premiers véhicules et.... les guerres, on érige un monument à nos morts 

la liste des noms est celle de ceux morts pendant la 1ère guerre

le monument est un monument classique civique, placé près de la mairie comme le plus grand nombre d'entre eux, l'inscription "à nos morts pour la patrie" affirme un peu plus ce style classique civique, érigé en pyramide et surmonté d'un coq

le coq, symbole gaulois, représente au XXème siècle la patrie

en dessous, la feuille de palme, symbole du martyre, représente la mort. On plaçait une palme sur les cercueils des défunts

St Martin Lalande - Hommage aux absents
St Martin Lalande - Hommage aux absents
St Martin Lalande - Hommage aux absents
St Martin Lalande - Hommage aux absents
St Martin Lalande - Hommage aux absents
St Martin Lalande - Hommage aux absents

l'église n'est pas en reste et elle aussi renferme en son sein un hommage à ces morts de 14/18

St Martin Lalande - Hommage aux absents

années 80, on chamboule tout, la verdure laisse la place au carrelage

la vierge sera deplacée devant l'église

la croix se retrouve à l'intersection rue de la Garance ou elle prendra la place du poids public que l'on a rasé

St Martin Lalande - Hommage aux absents
St Martin Lalande - Hommage aux absents

malheureusement la liste s'allongea encore, une autre plaque fut rajoutée sur la salle Guillaume

et puis encore une autre sur le monument

St Martin Lalande - Hommage aux absents

j'aime à penser qu'il n'y ait pas eu de victimes lors de la 2ème guerre mondiale, car aucun signe commémoratif dans le village

et puis en ce jour commémoratif du 11 novembre

n'oublions pas que c'est aussi la St Martin

St Martin Lalande - Hommage aux absents

c'est en 1921 que l'on inaugura le Monument aux Morts, il fut construit par M Pedussaud, maçon à Ricaud. lz facture s'élève à 8997F, une contribution publique a permis de récolter la somme de 5277F, c'est M Etienne Gleyzes, épicier, qui fut chargé de récolter ces fonds.

l'inauguration eu lieu le 30 octobre et la municipalité souhaita que cette journée solennelle reste dans les archives pour les générations futures, un compte rendu de cette journée fut donc rédigé dont vous trouverez les grandes lignes ci après :

"quelle leçons de choses pourront donner nos dévoués maitres à nos enfants en présence de ces inscriptions en lettres d’or fortement ciselées dans la pierre et rappelant aux chers petits la conduite héroïque de leurs pères. La cérémonie solennelle faite à la Grand messe fut des plus imposantes, les membres du comité précédés des 11 mutilés portant le drapeau de la section des mutilés de Castelnaudary se rendent en corps à l’église ou les places d’honneur leurs sont réservées. L’église est décorée avec goût, de nombreux drapeaux, des lumières sans nombre, les ornements des grands jours, tout indique que rien n’a été négligé pour rendre plus grandiose et plus magnifique la solennité qui doit rendre à nos soldats le suprême hommage, en reconnaissance de leur sacrifice

Monsieur l’abbé Estève prend la parole pour louer l’héroïsme des victimes….. il le fait avec une éloquence qu’on admire, qui soulève les cœurs et fait verser bien des larmes…..à l’issue de la messe la population se rend en procession au pied du monument, Monsieur le curé procède à sa bénédiction……la cérémonie civile a lieu l’après midi……  à 14h30 e sénateur Monsieur Durand est reçu par le maire Paul Estève à la mairie…. Le cortège se forme dans l’ordre suivant : les enfants des écoles portant bouquets de fleurs conduits par leurs maitres Mlle Cathala et Monsieur Ancely, le drapeau des mutilés et sa garde d’honneur composée des mutilés du village, le sénateur et le maire, le conseiller d’arrondissement (M Bringuier), le curé, le conseil Municipal, les membres du comité, les invités….. la batterie de Castelnaudary joue des marches funèbres…..l’instituteur fait d’une voix forte l’appel des morts, à chaque nom un membre de la famille s’avance, Antoine Rives, adjoint au maire leur remet un diplôme d’honneur…. L’émotion est grande…..la foule devient de plus en plus dense…. Le maire fait un hommage à ceux qui sont tombés pour la défense du sol sacré de la Patrie, aux mutilés, veuves et orphelins….l’instituteur fait un discours de haute portée morale et patriotique…. C’est au tour du sénateur de prendre la parole et fait l’historique moral du poilu…. Il rappelle le rôle prépondérant qu’à joué dans le monde le petit paysan français, devenu défenseur du sol légué par les anciens….il faut travailler maintenant au développement intellectuel, agricole, économique et social de notre grande France et de notre République…..les honneurs au drapeau sont rendus…..le maire réunit dans la salle de la mairie le conseil, le comité, les mutilés et les invités ou n vin d’honneur leur est offert….il est cinq heures du soir lorsque les invités quittent le village, la foule est restée massée devant la mairie…..durant la cérémonie 2 quêtes ont été faites, l’une pour les mutilés ( 187f), l’autre pour les pupilles de la nation (104f)

Discours du maire : c’est à eux que nous devons notre salut, ils ont sauvé la France et ont fait triompher la cause du droit et de la justice, ils nous ont rendu l’Alsace et la Lorraine. Ce monument sera un lieu de pèlerinage ou les enfants des écoles y puiseront des leçons de patriotisme……

Discours de l’instituteur : nous honorons aujourd’hui ceux tombés là bas dans les vallons de notre chère Alsace, dans les plaines blanches de Champagne ou dans les marécages des Flandres…France de la Marne et de Verdun, hier reine du monde, aujourd’hui son idole, voici que tu es devenue la Jeanne d’Arc des nations……ils nous ont arraché aux griffes des boches……un pays qui a été sauvé par de tels enfants ne peux pas mourir….."

Retour à l'accueil