Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Peinture (aquarelle, acrylique, encres), bois tourné, déco récup, le blog de nos passions mais aussi histoires, anecdotes, patrimoine de notre village du Lauragais : St Martin Lalande 11400 Aude

Saint Martin Lalande - archives BATIMENTS, TERRAINS, JARDINS PUBLICS...

  • 1877 :projet de construction d'une loge destinée à recevoir l'horloge communale. cette construction doit s'élever sur la façade de la mairie et du Presbytère et dominera la place du village (en projet depuis 2 ans)
  • 1834 : changement des cordes de l'horloge
  • 1879 : création d'une loge pour y accueillir l'horloge communale , l'emplacement choisi est le centre du village, l'acquisition de la nouvelle horloge a été votée en 1876, Lapalu Antoine, maçon à St Martin Lalande s'engage à "exécuter un ouvrage d'art"
  • 1881 : réparation de la clôture du jardin public
  • 1886 La clôture en bois du jardin public situé au centre du village doit être refaite, mais la refaire semblable n’est pas assez solide ni élégant. Le conseil décide d’établir un mur de 50cm de hauteur surmonté d’une grille en fer.
  • 1889 : la population demande unanimement l'installation d'un pont bascule, il sera établi à proximité du village au lieu dit "croix de St Martin", en 1890 les Usines de La Mulatière (Rhône) fournissent le matériel de pesage; portée 10 000kg et bascule à bétail, Lapalu Denis Pierre, maçon à St Martin Lalande fera la construction, concernant le prix aux usagers : pour la bascule à bétail portative : 0.30cts chaque pesée, pour le pont bascule (avec ou sans tare) de 1 à 1000kg : 0.50cts, au dessus de 1001kg : 1franc, la rétribution du peseur public sera de l'ordre de 40% des pesées (celui ci sera définitivement détruit dans les années 1980)
  • 1897 : pose d'une plaque en tôle sur le tablier du pont bascule
  • 1903 : réparation de la loge et du mécanisme  de l'horloge
  • 1911Un emploi de « conservateur des édifices publics » est créé
  • 1911 : proposition d'achat d'une pompe à incendie
  • 1912le plafond de la mare est cimenté ?
  • 1920 : M Batailler, horloger à Castelnaudary, procède au nettoyage et réparation de l'horloge communale qui ne tient plus l'heure, le cout des réparations s'élève à 200f avec garantie de 10 ans, le cout du graissage annuel sera de 20f
  • 1920 : augmentation des droits de pesage du pont bascule car les recettes ne couvrent pas l'entretien et la main d'œuvre - jusqu'à 1000kg 1f, de 1001 à 2000kg 2f, à partir de 2001kg 0.10f chaque 100kg supplémentaire - pesage d'un cochon ou d'un veau 0.50f, pesage de bœuf ou de vache 1f (dans le village le dernier attelage de boeuf disparaitra dans les années 1960, c'est mon grand père paternel, forgeron, qui les ferraient)
  • 1922 : Réfection du mur de cloture du jardin public par Raymond Pierre, maçon dans la commune
  • 1923 : réparation du pont bascule. Réparation prescrite par Monsieur le Vérificateur des poids et mesure. acceptation du devis de Pierre Molinier, balancier à Castelnaudary, pour 700Francs

  • 1923 Assurance contre les risques courus en matière de responsabilité communale (personnel de mairie, bâtiments) auprès de la Mutualité Générale, Castelnaudary

  • 1927 : renouvellement de l'assurance incendie des batiments et objets mobilier communaux pour 10 ans
  • 1931 : renouvellement assurance incendie bâtiments et mobiliers pour 10 ans ( compagnie d'assurances La France)
  • 1931 : réparation du pont bascule, prescrite par le Vérificateur des poids et des mesures. réparation effectuée par Michel Belmas, balancie à Castelnaudary : 1055 Francs
  • 1933 : construction dans un angle de la cour de la mairie d'un local pour abriter la pompe à incendie nouvellement achetée
  • 1941 : la maison appelée "Petitpe Benjamin" appartenant à Monsieur Dournès, demeurant Pech Luna, sert à entreposer du matériel pour les réfugiés, du soufre, du sulfate, de la chaux, du carbonate de soude, cette commodité que le propriétaire a consenti mérite dédommagement. loyer fixé à 50Francs par mois pour une durée de 1 an
  • 1941 : renouvellement assurance incendie des bâtiments ; on traitait avec "La France, désormais on traite avec "Le Patrimoine"
  • 1944 : nouvelle police assurance incendie avec l'assurance "Le Patrimoine"
  • 1945 : les batiments communaux sont en mauvais état par suite du défaut d'entretien imputable aux circonstances de guerre qui ont raréfié les matières premières. On a procédé à la réparation de la mairie,et cette réparation n'a pas été payée faute de crédits suffisants. Les réparations à envisager (puits, briques pour le puit, réparations par le forgeron, le platrier, les maçons, l'installation électrique à l'école des filles ) montant : 180 222.80 Francs. il est décidé de contracter un prêt auprès du Crédit Foncier de France arrondi à la somme de190 000 Francs. Emprunt remboursable sur 30 ans
  • 1945 : revalorisation des polices d'assurances incendie batiments et responsabilité civile (la valeur des batiments excède la part assurée)
  • 1948 : le projet de bains douche, WC, lavoir public abordé en 1946 est abandonné aux vues des augmentations de prix incessantes de tous les projets en cours. Afin d'éviter un endettement excessif de la commune, ce projet est abandonné provisoirement. Les sommes empruntées seront affectées aux dépenses des travaux d'adduction d'eau (réservoir, station de pompage, canalisations) pour lesquels un emprunt supplémentaire aurait du être nécessaire
  • 1948 : après avis favorable de l'Inspecteur Primaire décide que le secrétariat de mairie sera assuré à l'école de Monsieur Rotelle, afin d'économiser le combustible pendant l'hiver
  • 1949 : la pompe à incendie est logée dans les dépendances du Presbytère
  • 1950 : suite aux réparations effectuées au Pont Bascule, une augmentation des tarifs des pesées est prévu
  • 1950 : achat d'un terrain pour dépôt d'ordures au lieu dit le village, appartenant à Mme Marty Codderens. Le dépôt des ordures pose un problème urgent à résoudre : 500 Francs accordés
  • 1951 ; Villarem, horloger à Castelnaudary, présente un devis pour remplacement du verre de l'horloge : 24 000 Francs. Le conseil ajourne le projet car coût trop élevé, il sera repris plus tard et l'on proposera  le remplacement du cadran de l'horloge ser fait par un dadran en verre dépoli, éclairé intérieurement : on ne se prononcera définitivemre que lorsqu'on connaitra le montant de la dépense
  • 1951 : peinture de la salle de la mairie et ravalement de façade
  • 1952 : M Guerre , propriétaire de Cadalenc, abandonne à la commune 3 parcelles de terres situées aux Communaux
  • 1952 : M Semenou Germain demande que la commune veuille bien lui vendre une parcelle de terre située lieu dit La Roche de 48 ares pour 1000 Francs. La parcelle demandée étant totalement inculte et ne présentant aucun interêt pour la commune, elle accepte son offre
  • 1952 : le cout des travaux de la Maison du Peuple ayant subi des augmentations, la construction des WC-douches est retardée. L'entreprise Papaïs de Béziers fera les travaux d'électrification
  • 1952 : la façade de la mairie est refaite et crépie à la tyrolienne
  • 1952 : plusieurs personnes ont demandé un vidoir pour les seaux hygiéniques, d'autres ont réclamé les douches le plus tôt possible. L'installation de vidoir ne peut se faire sur une fosse fixe qui serait vite remplie d'objets hétéroclites. et nécessite le tout à l'égout. Le conseil décide ne pas installer de vidoir, les douches seront installées en 53 ou 54 en fonction des crédits
  • 1952 : circulaire de mai 52 du Préfet condernant les instructions d'un programme d'équipement urbain concernant les opérations subventionnées sur 5 ans. On dresse la liste des prévisions suivantes : en 53, on prévoit la réfection de la façade de la mairie-école, la réfection de la façade école des garçons, l'implantation d'un square place de l'église ; en 54, on prévoit l'établissement des WC et Bains douches, en 55/56/57, on prévoit l'aménagement de la place centrale : mur, escalier, démolition immeuble insalubre menaçant ruine et acquisition du dit, lavoirs publics, réparations intérieur église (goutiières, crépis intérieurs...) ; soit environ 53 000 à 57 000 F par an
  • 1953 : les douches sont opérationnelles, on établit un règlement : douche d'une durée de 20mn maximum : 30 Francs ; le jeudi gratuit pour les enfants ; ouverture les jeudi, samedi et dimanche, fermeture les jours de la fête . Le chauffe eau de 200l se révèle vite insuffisant un chauffe eau de 300l le remplacera. Le garde champêtre aura une 1/2 journée de repos dans la semaine pour remplacer la garde des douches du dimanche matin. Mise en service des WC avec interdiction de vider les seaux hygiéniques, On étudie la question d'un branchement de courant de nuit.
  • 1954 : on enduit le parquet de la mairie avec de l'huile "Ortosol"
  • 1954 : M Scida de Toulouse, gendre de Bourrel Alfred, cantonnier, demande d'acheter à la commune une parcelle sise à La Roche". Cette vente pouvant être considérée comme faveur, la commune décide d'afficher la décision et de faire un appel d'offre. M Fargues fait une offre plus avantageuse (8500 Francs) qui est acceptée par la commune " la parcelle a été abandonnée à la commune par les précédents propriétaires, sa valeur comme terrain est des plus réduite et d'aucune utilité pour la commune" 
  • 1954 Mme Rotelle Denise qui remontait l'horloge (et était également maitresse de couture) a démissionné ; ce sera désormais le garde champêtre qui sera chargé de remonter l'horloge
  • 1954 : on prévoit des bancs pour le jardin public
  • 2014 : impressionnante infiltation eaux de pluie façade Ouest salle Guillaume : l'application d'un Hydrofuge sera effectuée tous les 5 ans
  • 2014: incivisme au niveau de depôt déchets verts et autres sur l'emplacement communal, note information envoyée aux administrés
  • 2015 : non conformité des toilettes publiques et annexes de stockage matériel en sous sol - loi de 2015 concernant les personnes à mobilité réduite
  • 2015 : le maire propose d'exonérer certaines entreprises commerciales ou artisanales locales de la redevance ordures ménagères, à partir de cette date, une dizaine en bénéficieront chaque année
  • 2016 : création d'un City Stade
  • 2016 : la maison Millet achetée par la commune et proche de la salle des fêtes va être détruite et nécessite un désamiantage
  • 2016 : pose d'une climatisation réversible au secrétariat de mairie
  • 2018 : mise aux normes électriques nécessaires aux bâtiments de la mairie et au sol communal, ainsi qu'un défaut d'isolement au terrain de foot, necessité de faire des études en vue d'économies d'énergie des batiments
  • 2019 : goudronnage du parking communal (déchetterie)
  • 2020 : mise en place de 3 caméras au parking communal (déchetterie)
  • 2020 : remplacement du véhicule Express par Berlingo Citroën
  • 2022 : vente du bâtiment situé grand rue, appelé "Le Cercle" ou ancienne maison des jeunes
  •  
Saint Martin Lalande - archives BATIMENTS, TERRAINS,  JARDINS PUBLICS...
Saint Martin Lalande - archives BATIMENTS, TERRAINS,  JARDINS PUBLICS...
Saint Martin Lalande - archives BATIMENTS, TERRAINS,  JARDINS PUBLICS...

mes articles archives ne sont pas figés et sont mis à jour régulièrement en fonction de mes trouvailles

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article