Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Peinture (aquarelle, acrylique, encres), bois tourné, déco récup, le blog de nos passions mais aussi histoires, anecdotes, patrimoine de notre village du Lauragais : St Martin Lalande 11400 Aude

Saint Martin Lalande - archives CULTURE - SPORT- ASSOCIATIF - FESTIVITES

    • 1880 : la loi du 6/07/1880 fixe une date de fête nationale : le 14 juillet. St Martin considère qu'"on ne saurait mieux célébrer qu'en venant en aide aux familles nécessiteuses ; 90kg de pain sont distribués aux 28 familles nécessiteuses, les édifices publics seront pavoisés le jour et illuminés la nuit."
    • 1889 ; le gouvernement de la République souhaite que le centenaire de 1789 donne lieu à des réjouissances publiques. Afin de célébrer cet anniversaire du 05/05/1789, le conseil décide "une distribution de pain aux indigents, une distribution de vin au public, un pavoisement des édifices communaux ainsi que leur illumiantion"
    • 1922 : naissance de la 1ère association : association de lecture et de prêt de livres aux anciens élèves
    • 1926Achat et installation d’un poste TSF communal, ce sera un poste Abelé  Berrens de Paris qui sera acquis  pour la somme de3400f (considérant que jusqu’ici dans la commune, rien n’a été fait pour retenir les populations rurales à terre, l’agriculteur, en effet, quitte trop souvent les champs pour aller chercher à la ville les distractions qui, comme le théâtre,etc… peuvent sa journée de labeur terminée, lui procurer un certain délassement. Il n’existe aucun attrait dans la commune, les jeunes ne peuvent que s’adonner qu’à des divertissements grossiers, les quelques soirées organisées par les associations ne sont pas assez goutées si elles ne sont pas agrémentées de projections cinématographiques ou par des auditions radiotéléphoniques, les cours d’adultes sont de moins en moins fréquentés s’ils n’ont pas une partie récréative, les moyens pécuniaires ne permettent pas à toutes les familles de posséder la TSF » Il sera mis à disposition de l’instituteur, sera également utilisé pour des œuvres post publiques et des auditions publiques
    • 1929 : autorisation de traiter pour une période de 5 ans avec la société des auteurs compositeurs et éditeurs de musique. le nouveau traité ne devra prévoir que 3 jours de fête par an (le 14 juillet et 2 jours le 1er ou 2ème weekend de septembre). adhésion : 49.50 Francs. en 1934 une autre période de 5 ans est renouvelée pour 4 jours de fête par an : 66 Francs
    • 1930 : le conseil municipal de St Papoul a décidé de changer les dates de ses 6 foires : selon la circulaire du 22/09/1938, la commune de St Martin Lalande doit être consultée ; elle approuve les 6 dates (3ème vendredi de janvier, mars, juin, septembre, octobre et novembre)
    • 1930 : avis sur la création d'un marché foire à Montréal le 1er dimanche de chaque mois : favorable

    • 1937 : création association des chasseurs
    • 1937 : création association des pêcheurs
    • 1946 :la commission des Fêtes fait mention de rétablir la liberté de la danse, c'est à dire à autoriser un bal à la charge de la jeunesse, dans chaque café. La majorité des conseillers (9/12) est favorable à un seul bal, 2/12 sont pour 2 bals. Il est décidé de faire un bal municipal devant la mairie, pas de bal dans les cafés ; les cafetiers pourront servir des consommations devant leur porte mais pas aux alentours du bal. les musiciens seront nourris à tour de rôle dans chaque café. Il y aura un concert dans le café où ils seront nourris. Si les cafetiers refusent de les nourrir, le concert aura lieu dans la salle de bal et les musiciens seront nourris à Castelnaudary. Suite à ces décisions, la commission des fêtes démissionne de sa fonction. La nouvelle commission est composée de Molinier Joseph et Caunes Paul.
    • 1948 : la commission des fêtes annonce dès le 5 juin qu'il faut se préoccuper de la fête du 14 juillet sinon l'on risque de ne pas trouver de musiciens plus tard. Les conseillers consultent des prospectus pour feux d'artifice. La musique de Lasserre de Prouilhe est choisie, ils seront nourris par Monsieur Marquier, cafetier. Pour le feu d'artifice on choisit la maison Ruggieri : 8000 Francs
    • 1880 : la fête nationale est instaurée en France en 1880, une circulaire préfectorale demande à la commune quelles seront les festivités prévues pour célébrer la fête nationale : le 14 juillet (1880), la commune répond "aide aux familles nécessiteuses, 90 kg de grains seront distribués, la somme de 200 francs sera allouée au boulanger Jean Gastou, les édifices publics seront pavoisés le jour et illuminés la nuit"
    • 1889 : le gouvernement de la république souhaite que le centenaire de 1789 donne lieu à des réjouissances publiques, afin de célébrer cet anniversaire du 5/05/1789 le conseil décide une distribution de pain aux indigents, une distribution de vin au public, un pavoisement des édifices communaux, ainsi que leur illumination
    • 1800 à 1900 Les dates de foires des communes alentour sont soumises à autorisation des autres communes ( Pexiora, Villepinte, Gaja la Selve,  Bram, Alzonne, Villemagne, Castelnaudary….)
    • 1922 : renouvellement pour 5 ans avec la société des auteurs, compositeurs et  éditeurs de musique, SACEM
    • 1925 : achat et installation d'un poste de TSF communal (poste récepteur radio téléphonique), appareil de la maison Abelé Berrens, 86 avenue des ternes, Paris. Pinaud Pierre, représentant de la société a dressé un devis de 3400 Francs. Le poste ser amis à dispositon de l'instituteur pour l'utiliser dans ses oeuvres post scolaires ou autres et pourr éventuellemetn servir à des auditions publiques à la population. Le conseil municipal a considéré que "
  • "rien n'a été fait jusqu'ici dans la commune pour retenir les populations rurales à terre ; l'agriculteur, en effet, quitte trop souvent les champs pour aller chercher à la ville les distractions, qui, comme le cinéma, le thétre... peuvent, sa journée de labeur terminée, lui procurer un certain délassement
  • que dans la commune il n'existe aucun attrait de la ville ; les jeunes gens n'ayant que des divertissements souvent grossiers
  • que les quelques soirées qui peuvent être organisées par les associations scolaires ne sont pas suffisamment goutées, si elles ne sont pas agrémentées par des projections cinématographiques ou par des auditions radiotéléphoniques
  • que d'un autre côté les cours d'adulte, si utiles aux jeunes gens, sont de moins en mons fréquentés s'ils n'ont pas une partie récréative
  • que la population entière a manifesté à plusieurs reprises et en maintes circonstances le désir d'avoir pour la collectivité, ce que les moyens pécuniaires ne permettent de posséder dans chaque famille en particulier"
    • 1944 :subvention à Sté de chasse, Sté de lecture
    • 1950 : subvention aux jeunes pour la fête locale de septembre : 30 000 Francs
    • 1950 : proposition de sonorisation du village. devis de Doudiès, électricien à Bram: 200 000F : le conseil considère cette proposition superflue
    • 1950 : Monsieur Marquier, cafetier au village, proteste sur le fait que la musique de la fête locale de septembre a été hébergée chez Labadie, cafetier au village. rézponse de la mairie : la jeunesse est entièrement libre d'organiser la fête à sa guise
    • 1950 : les économies réalisées sur les divers travaux de la commune depuis 1947 permettent de disposer de 3 millions de Francs. Avec cette somme, on pourrait envisager la construction d'une salle des fêtes en 1951, Monsieur Mazet, architecte, afait un avant projet : l'emplacement est prévu face à l'église, dans les jardins, sur l'alignement des murs de ces jardins. On demande aux propriétaires des terrains s'ils seraient d'accord et à quel prix. en 1951 on leur propose 500 Francs le m2.
    • 1951 : "considérant que l'absence d'une salle des fêtes a créé des ennuis pour l'organisation des fêtes et suscite des rivalités parmi la jeunesse", une construction de salle des fêtes est prévue
    • 1951 : le projet de salle des fêtes présenté par l'architecte est trop coûteux. On demande de réduire l'épaisseur des murs, la hauteur sous plafond, la longueur totale et de modifier le porche d'entrée pour ne pas dépasser le budget prévu . Pour les terrains, Monsieur Lamarque demande la construction d'un édifice équivalent à celui détruit, "cette construction actuelle ne sera démolie que lorsque la remplaçante sera édifiée afin que le logement de ses porcs soit assuré"
    • 1951 : achat de terrains pour construction de la salle des fêtes (Mme Petitpé 53 700 Francs, Mme Vve Durand Françoise 53700 Francs, Mme Vve Boyer Appoline 150 700 Francs (plus car porcheire, arbres fruitiers et récolte)
    • 1951 : les jeunes souhaitent que la municipalité prenne à sa charge toutes les dépenses de la fête locale. Ils verseraient pour leur part les produits des sérénades et tours de table et monteraient le bal : la municipalité refuse mais décide d'augmenter la subvention à 35 000 Francs
    • 1951 : pour le 14 juillet on demande à Marquier Louis, cafetier, s'il veut nourrir les musiciens
    • 1952 : le feu d'artifice du 14 juillet est commandé à M Breffeil, maison Lacroix : 15560F ; le Jazz Raouly viendra à 16h, on n'aura pas le temps nécessaire pour un concert de l'Harmonie de Villepinte
    • 1952 : on prévoit l'achat d'un Pick-up pour que la jeunesse puisse danser dans la salle des fêtes
    • 1952 : subvention à la jeunesse pour les fêtes : 20 000 Francs
    • 1952 :  il y a des travaux imprévus à la salle des fêtes "Maison du Peuple" (fondations plus importantes que la normale par exemple, honoraires de l'architecte, travaux spéciaux pour satisfaire aux règles de sécurité, acquisition des terrains, subventions non reçues). On a recherché un organisme susceptible de financer ce surplus : La Caisse Autonome Mutualiste des Secrétaires de Mairie, Instituteurs de France accepte de prêter 2 500 000 Francs au taux du Crédit Foncier (6%) sur 10 ans. Les travaux de parachèvement doivent être terminés : fronton, enduits, crépis, plafond incombustible, évacuation des eaux.... devis de David, Labastide d'Anjour : 1 433 979 Francs  le 7 juin la salle des fêtes est terminée, manquent l'aménagement de la scène et les sièges. L'électrification a été faite par Papaïs, électricien à Béziers (105 000 Francs).
    • 1952 : Madame Chevalier de Montgiscard (31) désire donner des séances de cinéma dans la Maison du Peuple le samedi soir, à partir de septembre. elle paierait 150 Francs par séance à la commune plus la taxe sur les spectacles ; elle fournirait les sièges et laisserait l'appareil en permanence dans la salle. Il faudra acheter 2 extincteurs en cas de sinistre bien que les films employés soient ininflammables (35mm). Le secrétaire de mairie se renseigne en matière de responsabilité et règles de sécurité. Si c'est possible, la commune offrira la 1ère séance à la population
    • 1952 : pour le 14 juillet, comme chaque année les musiciens seront nourris par le café Marquier, la musique sera assurée par un Jazz de l'Harmonie de Villepinte
    • 1953 : la commune souscrit un abonnement à la Bibliothèque des communes (Archives départementales de l'Aude) 1000 Francs
    • 1953 : l'orchestre "Ambiance" de Carcassonne viendra pour les fêtes du 14 juillet : 31 000 Francs
    • 1954 : pour le 14 juillet on choisit l'orchestre "Ambiance" de Carcassonne ; le feu d'artifice est commandé à la maison Ruggieri
    • 1954 : pour toutes les fêtes il est prévu au budget : 100 000 Francs
    • 1954 : proposition pour l'achat de l'ouvrage de bibliothèque "Histoire du Peuple Français" 13 600 Francs : refus du Conseil Municipal
    • 1955 : le cinéma le Vox de Castelnaudary fend des fauteuils de cinéma à 500 Francs la rangée de 4 ou 6 avec cadre métallique, strapontins gratuits. 2 conseillers se rendent sur place pour les voir. l'achat est reporté
    • 1955 : Coussens, maçon, et Boyer, menuisier, présent un devis pour création d'une scène à la salle des fêtes. vu le peu de différence entre les deux et le ciment étant plus durable et ne nécessitant peu d'entretien : on choisit la scène en ciment( devis maçon 35 200, devis menuisier 38 000)
    • 1967 : création association de pétanque
    • 1968 : création comité des fêtes
    • 2000 : toute la population, de 7 à.... pas d'âge s'est retrouvée pour fêter le changement de siècle. Pour l'occasion un grand spectacle fut donné sur la place, chaque groupe représentant une génération depuis les cathares jusqu'à l'an 2000 (bal musette, comédie musicale.....)
    • 2011 : pose plaque commémorative de la bataille de St Martin
    • 2012 : naissance association pour la sauvegarde du patrimoine
    • 2014 : la commune prendra en charge une partie des frais de la 1ère fête de Noël organisée par les associations
    • 2014 : démission du comité des fêtes
    • 2014 : une nouvelle maison des jeunes voit le jour "la maison de l'avenir" pour les 14-20 ans
    • 2014 : le linoléum est remplacé à la salle des jeunes
    • 2014 : 1ère exposition artistes locaux, "ST M'ART",  la mairie prend en charge le vin d'honneur lors du vernissage, exposition à l'initiative d'une nouvelle association "Passerelles " (les expositions auront lieu pendant 3 ans consécutifs)
    • 2014 : 1ère exposition "ST M'ART" regroupant les artistes St Martinois à l'initiative de l'association Passerelles
    • 2015 : 2ème exposition "St M'Art"
    • 2015 : non conformité de la salle des fêtes, toilettes et annexes à mettre aux normes avant 2017
    • 2015l’association « as de trèfle » a acheté sur ses fonds propres un évier et une pergola, il précise que l’installation est faite dans des bâtiments communaux. La commune décide de voter une subvention en remboursement de l’évier et de la pergola
    • 2015 mise en place d’activités de Zumba, gym douce et taïchi, compte tenu du dynamisme nouveau apporté au village les associations et intervenants auront la salle des fêtes à disposition gratuitement
    • 2015 : projet de bibliothèque municipale ( je l'avais proposé en 2006), des boites à livres ont été mises 
    • 2015Tonnelle et TV sont demandés à la maison des jeunes
    • 2016 : achat 15 tables pour la salle des fêtes - Permis de construire accordé pour la cuisine salle des fêtes
    • 2016 : La sécurité est renforcée lors de la fête locale en accord avec la gendarmerie
    • 2016 : Marché nocturne en juillet
    • 2017 : Inauguration de la salle des fêtes et du City stade, Le City stade permet la pratique du Foot, hand, basket, tennis, volley et badminton
    • 2017 : Mise en place d’un filet de couverture au City Stade car les ballons atterrissent dans le voisinage, le lieu est fermé à partir de 22heures
    • 2018 : la construction d'une maison des associations est à l'étude
    • 2018 :  Achat de 188 chaises et 20 tables pour la salle des fêtes, l’ancien mobilier sera mis à disposition des administrés moyennant caution
    • 2020 : bibliothèque "livres libres" fermée en raison du Covid
    • 2020 : projets mise en accesibilité du Cercle, Grand Rue,  et climatisation abandonnés :  projet d'une Maison des Associations
    • 2021 :  la municipalité ne réunit pas les habitants pour leur souhaiter les vœux pour cause de Covid
    • 2021 : nouveaux jeux d'enfants au parc
    • 2022 : plaque commémorative, l'école de l'an 2000 devient école Paul Guilhem (ancien maire)
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Et bien ça turbine les associations à St Martin !
Répondre